ViaRoute : compagnie à éviter à tout prix!!!


Dommages et cartes de crédits
J’ai eu une très mauvaise expérience avec ViaRoute, la compagnie de location d’auto. En fait j’ai eu la même expérience que celles décrite par un reportage de l’émission La Facture à Radio-Canada (celle de novembre 2004).
Les faits
J’ai loué une voiture comme je le faisais depuis 3 ans chez ViaRoute pour un weekend. Je l’ai rapportée le dimanche soir comme presqu’à chaque fois. Leur bureau est alors fermé et j’ai laissé la voiture dans leur stationnement. J’ai remarqué le monsieur qui déplace les voiture à l’intérieur du bureau, les lumières fermés. Mais voilà que le lendemain, ils m’appellent pour me dire qu’elle est égratignée… Je vais voir immédiatement: la voiture a été rayée en zig zag sur tout le long avec une clée des deux côté avec un extra sur le petit panneau à essence!!! Comme j’avais mis de l’essence juste avant de laisser la voiture et compte tenu de l’évidence flagrante des marques qu’elle comporte, je considère absolument impossible que le vandalisme ait été perpétré avant que j’aie été la portée. Pourtant l’homme qui récupère les voitures (que j’avais remarqué dans le bureau) aurait dit qu’il a constaté le méfait 5 minutes après que je l’ait rammenée…
Viaroute se sert sur ma carte de crédit comme bon lui semble sans mon consentement et pour un gros montant.
Je signe donc le constat des dommages qu’un préposé me demande de signer qui ne comporte qu’une description des fait mais pas d’estimé des coûts. Il me dit qu’on doit attendre l’estimé des coût plus tard cette semaine. Il dit que je devrai payé et que la compagnie d’assurance de ma carte de crédit couvre tout et qu’elle me remboursera. Comme je n’ai aucune idée des coût et que c’est la première fois que ce genre de chose m’arrive, je préfère contacter ladite compagnie d’assurance avant de m’interjecter au commis. Je téléphone à ma compagnie d’assurance et ils me disent qu’ils peuvent payé directement ViaRoute sans que j’aie à payer moi même d’abord. Sachant ça j’appelle tout de suite Visa pour leur dire de bloquer une éventuelle charge de la part de ViaRoute. Réponse de Visa: personne ne peut charger ma carte de crédit sans mon accord, je peux toujours contester lorsque je recevrai mon compte… J’appelle Viaroute pour dire que je veux que la compagnie d’assurance les pait directement mais le commis me redis que c’est pas comme ça que ça marche et qu’on attend toujour l’estimé. Le lendemain Viaroute a chargé ma carte de crédit sans même me fournir d’abord de facture ni d’estimé et Visa ne l’a pas bloqué comme j’avais demandé… Le montant est de 2 154,74$. Je suis fâché!!! …Pour résumé le reste j’ai rappelé Visa et ils disent maintenant tout le contraire et que ça va être difficile de contester… Je dois maintenant attendre que la compagnie d’assurance me fasse un chèque et pendant ce temsp je dois payer les intérêts et bien sûr ils sont pas pressés d’analyser le dossier beaucoup moins pressés que ViaRoute ne l’était de me charger en tous cas….
Ce n’est pas fini, je vais tenter de contester le montant avant d’avoir à payer des intérêts… à suivre…

Subventions versus contributions volontaires

Dernièrement j’envisageais de présenter une demande de subvention pour me permettre de faire un court métrage. Mais un petit calcul et la consultation de quelques amis m’a fait réaliser que pour pouvoir me permettre ça faudrait que je retourne vivre chez mes parents…
Les subventions qui servent à l’art au Canada peuvent être vues comme une sorte de don forcé que les citoyens font par le biais des taxes et impôts pour permettre aux artistes de créer des oeuvres et ainsi petit à petit créer une culture canadienne. Il y a plusieurs années le gouvernement canadien créait le fonds des câblos et investissait ainsi des sommes d’argent pour la production d’émissions télévisée en diminuant le montant chaque années en espérant que l’entreprise privée prendrait le relais. Or voilà qu’il n’y a plus d’argent mais que l’entreprise privée n’a pas pris le relais et donc les artistes sont au chômage.
D’ailleurs au bulletin de nouvelles d’hier on en parlait et on citait particulièrement l’exemple de Phylactère Cola avec Pfalzgraf en entrevue (voir le bulletin de Québec ce soir du 11 juin 2003.
)
Je rêve du jour où chaque citoyen pourra d’un seul clic de souris donner ne serait-ce que quelques cents aux artistes qu’il aime de façon tout à fait volontaire pour lui permettre de faire ses oeuvres. La relation citoyen-artiste-culture sera alors beaucoup plus directe et au lieu que l’argent aille aux producteurs ou aux distributeurs en faisant vivre par la bande un fonctionnaire, et bien l’argent irait plutôt directement du citoyen à l’artiste qui s’en servirait immédiatement pour créer.
D’ailleurs à Tokyo, un canal de télévision fonctionne uniquement par les contributions volontaires des citoyens qui aiment ce canal.
C’est dans cette optique que j’ai ajouté un bouton paypal sur mon site en demandant aux gens de contribuer tout à fait volontairement. Mon but premier serait d’amasser assez d’argent avec ça pour pouvoir subsister pendant 2 ans et pouvoir faire un court métrage d’animation. J’ai déjà tout le matériel et l’expertise, il ne me reste plus qu’un peu d’argent à trouver pour subsister. Je serais même prêt à vendre tout ce que j’ai pour pouvoir le faire. Et si je pouvais aller le faire à Vancouver pour retrouver ma copine Noriko, ce serait le bonheur.
Bon je ne me fais pas d’illusion avec ça, peut-être que ça prendra 10 ans, peut-être 20… Mais un jour je pourrai peut-être faire une oeuvre en disant: “Oui cette oeuvre a été créée avec de l’argent de gens qui souhaitaient voir naître cette oeuvre.” Et non seulement avec des subventions soutirées des poches de gens à qui on n’a pas demandé leur avis.

edit (J’ai enlevé le bouton)

Je suis loin d’être le premier à faire ça, déjà plusieurs blogeurs ont ajouté ce bouton à leur blog en expliquant aux gens que leur hébergement doit se payer et que le trafic généré par ceux qui visitent leur site devrait être payé par ceux qui visitent le site justement. Aussi plusieurs ont organisé ainsi des levées de fonds, comme la fameuse levé de fonds pour dédommager ce gars du Québec qui s’est fait ridiculiser à la grandeur du globe. Ou d’autres comme David Lynch font carrément payer un abonnement pour pouvoir accéder à leur site (Sen en est membre et a déjà chatté avec Lynch himself). Ce que je n’ai pas l’intention de faire à moins que mon trafic dépasse le million… C’est merveilleux que le net soit gratuit quand même! Même si l’hébergement ne l’est pas.